Greenpeace France : comment faire face aux nouveaux enjeux environnementaux ?

Ce midi, nous étions invités par Héloïse et Mieke de Pixelis à assister à un lunch inspiration avec le Directeur Général de Greenpeace France. Jean-François Julliard, ancien directeur de Reporters Sans Frontière, a répondu avec naturel et honnêteté aux questions de l’équipe de Pixelis.

Petite piqure de rappel : Greenpeace est une organisation non gouvernementale internationale (ONGI), fondée en 1971 par les écologistes américains Jim Bohlen et Irving Stowe, en réponse aux essais nucléaires qui sont alors menés aux Etats-Unis. Depuis 1989, Greenpeace est basée à Amsterdam d’où sont définies et coordonnées les campagnes de protection de l’environnement.

Aujourd’hui, Greenpeace agit dans plus de quarante pays et refuse toute aide gouvernementale ou mécénat. Si son indépendance financière lui offre une totale liberté d’action, elle est confrontée comme les autres ONG et entreprises internationales, aux enjeux inédits du 21e siècle. Le monde a radicalement changé de visage en 40 ans : la Planète n’a jamais été aussi peuplée, polluée et réchauffée, et les technologies numériques font parties intégrante de notre quotidien.

Face à ces changements, Greenpeace a subi une crise d’efficacité qui l’a amenée à se renouveler. L’organisation s’est recentrée sur ses objectifs initiaux, nous explique Jean-François Julliard : la protection de l’environnement et de la biodiversité (Green) ainsi que la promotion de la paix dans le monde (Peace). Un plan d’action sur dix ans a été amorcé il y a quelques mois pour faire face à ces défis : protéger la biodiversité, lutter contre l’exploitation et la pollution des océans, des terres, de l’air et de l’eau, mais aussi promouvoir la paix et la non-violence.

 

Concrètement, Greenpeace s’est emparée des outils digitaux pour être le plus efficace possible dans ses campagnes. Par exemple, Jean-François est revenu sur celle menée contre LEGO. L’objectif était de faire pression sur son partenaire historique, le géant pétrolier SHELL, afin qu’il stoppe le forage d’exploration en Arctique. Pour ses campagnes, Greenpeace utilise simultanément plusieurs canaux de communication : les « classiques » (relation presse, événements, site web, mails…) et les nouveaux médias terriblement efficaces en terme de visibilité (YouTube, Facebook et Twitter).

Malgré la menace grandissante du réchauffement climatique, et alors que fleurit cette semaine dans les journaux le terme percutant de « 6e extinction de masse », J-F. Julliard reste confiant… et ça fait du bien à entendre !

Les citoyens n’ont jamais autant été mobilisés pour la cause environnementale, l’engagement est de plus en plus fort. La jeune génération est consciente des enjeux environnementaux auxquels elle doit faire face, le mouvement végétarien monte en puissance… Autrefois, notre rôle était d’alerter les consciences sur l’importance de protéger notre planète; aujourd’hui l’idée est majoritairement acquise, explique-t-il. Greenpeace veut désormais faire changer les comportements. Pas sûr que ce soit plus facile…

Pour cela, l’ONG a renouvelé sa manière de construire ses campagnes : elles doivent émerger des citoyens eux-mêmes. Greenpeace organise des Think Tank citoyens et consulte ses militants et sympathisants de chaque pays pour adapter son combat et son message.

En agissant ainsi, Greenpeace s’assure de coller au plus près des particularités culturelles de chaque pays dans lequel elle agit. En effet, une campagne de communication pensée et construite en Hollande pour la Chine par exemple, se heurterait aux mentalités locales et perdrait en efficacité. Les outils numériques et l’avènement du digital sont en train de transformer le militantisme, en donnant à chaque citoyen les moyens de s’exprimer.

ans d'existence

millions de partisans dans le monde

mille activistes parmi eux

Un discours optimiste et éclairé sur l’environnement, ça fait du bien. Merci à Jean-François Julliard d’avoir répondu présent à l’invitation de Sébastien Vray, PDG de Courseur, le « Blablacar des courses » et patron du bar bio La Petite Chaufferie.

Jean François Julliard

Jean François Julliard

Directeur Général de Greenpeace France

Ancien reporter, il est activiste pour les droits de l’Homme et auteur des Veilleurs du ciel publié aux éditions DonQuichotte. Il est directeur général de l’association Greenpeace France depuis 2012.

Lucile Lorenter

Lucile Lorenter

Rédactrice Web

Adepte de yoga, de méditation, de développement personnelle mais nulle en jardinage, Lucile a rejoint la Wildteam en mai 2017 comme rédactrice web et Community manager.